Grands projets

 

1) Projet BKF/017 « Projet d’amélioration de l’élevage du Zébu Azawak et de gestion durable des ressources pastorales » (Azawak-Ressources Pastorales) ;

  • Projet GCP/BKF/050/ITA « Appui à l’amélioration et à la gestion durable du petit élevage en zone péri-urbaine de Bobo Dioulasso et de Nouna (P2AGDPE – B/N) ;
  • Projet d’appui à la formulation d’un programme de sécurisation et de valorisation des espaces et aménagements pastoraux ;
  • Projet de création de zones libérées durablement de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase (PCZDL/PATTEC).
Les projets prioritaires en quête de financements:
  • Projet d’accroissement de productions animales
  • Projet d’amélioration de la sécurité alimentaire du bétail
  • Projet d’hydraulique pastorale
  • Projet de construction d’une unité de production de vaccins animaux au Burkina Faso
  • Projet de construction d’un nouvel abattoir frigorifique à Bobo Dioulasso
  • Projet de développement de la filière lait au Burkina Faso (Bassin laitier de Bobo Dioulasso)
  • Projet d’Enquête Nationale sur le Cheptel  III (ENNEC III)
 
Les Grands chantiers du ministère:
  • La laiterie de grande capacité de Ouagadougou ;
  • La Centrale d’achat de médicaments vétérinaires ; 
  • L’usine de fabrique d’aliment du bétail.
2) Projet Centre de dépôt d'aliments pour bétail      
 
Centre de dépôt d'aliments pour bétail
 
Date de démarrage : janvier 2001
 
Tutelle : Ministère des Ressources Animales
 
 Objectifs spécifiques : créer les conditions d'accès aux aliments du bétail à des centres gérés par des éleveurs.
 
Coût : 500 400 000 F CFA
 
Résultats attendus : mobilisation des aliments du bétail pour le cheptel national ;
disponibilité des aliments du bétail dans toutes les régions à des prix accessibles.
Résultats atteints de janvier 2001 à décembre 2001 :
 
6 693,74 tonnes d'aliments de bétail ont été collectées et déposées dans 13 régions ;
110 880 176 F CFA ont été investis dont 87 659 C FA sous forme de roulement.
Contraintes :
 
Au niveau du Ministère des Ressources Animales priorité a été donnée à la réhabilitation de l'abattoir Frigorifique de Ouagadougou et une partie des fonds du projet (345 298 500 F CFA) a été transférée pour que le projet puisse boucler son financement.
 
Perspectives :
 
reformulation du projet ;
élaboration d'une fiche technique à soumettre au bailleur de fonds.
 
3) Projet Mécanisation de la fauche et conservation du fourrage      
 
Mécanisation de la fauche et conservation du fourrage
 
Date de démarrage : Août 2000
 
Tutelle : Ministère des Ressources Animales
 
Objectifs spécifiques : assurer au bétail une alimentation quantitativement et qualitativement suffisante durant chaque année en cours
 
Coût : 676,200 millions de FCFA de la République de Chine
 
Résultats attendus :
 
fauche et mise en bottes de façon mécanisée de 1665 tonnes dès la première et de 4160 tonnes/an de foin à compter de la deuxième année ;
production de 900 tonnes de maïs à haut rendement en première année et de 2750 tonnes par an ;
production de 270 tonnes de fanes de niébé à double fin en année I du projet et 870 tonne par an ;
réalisation de 4 forages équipés et de 2 retenues d'eau ;
amélioration des pâturages fauchés.
Résultats atteints de mars 2000 à mars 2002 montant total débloqué : 236 millions de F CFA ;
fauche et confection de 1330 bottes de foin ;
exécution à partir de janvier 2001 du plan d'intervention pour le sauvetage du bétail (constitution de réserves fourragères suffisantes, accès facile au fourrage et accroissement de la disponibilité en eau pour le bétail) donnant les résultats suivants : réalisation et ventilation de 7071 bottes de foin ;
réalisation de 15 forages pastoraux ;
formation de 70 membres de comités de gestion des forages en gestion des unités économiques ;
suivi-appui aux 15 comités de gestion des forages.
Contraintes :
suspension des activités du projet en octobre 2000 afin d'exécuter le plan d'intervention pour le sauvetage du bétail ;
priorité accordée à l'abattoir (440,200 millions de FCFA) ;
manque d' équipement de fauche de gestion en bottes.
Perspectives de juin 2002 à juin 2004 relecture du projet pour la recherche de nouveau financements (826 000 000 F CFA) ;
acquisition de matériel et d'équipement de fauche et mise en bottes ;
recrutement et formation du personnel ;
production de 1670 tonnes de foin, 900 tonnes de maïs, 270 tonnes de fanes de niébé à double fin ;
construction de 6 banques de foin, 4 forages et 2 barrages.
       
 

4) Projet de Développement de l'Elevage dans la province du Soum (PDES II) 

 1. Historique et justification du projet

La Phase II du Projet de Développement de l'Elevage dans la province du SOUM (PDES II) fait suite à une première phase dudit projet financée par la BAD en 1984. Cette première phase, qui s'est exécutée de 1988 à 1999, a contribuer au renforcement des potentialités de la province du SOUM notamment sur le plan de l'amélioration des techniques d' élevage et le renforcement des infrastructures. Malgré ces efforts déployés, il a manqué à la phase I du projet une vision d'ensemble des activités, une approche participative vis-à-vis des exploitants et une travail de formation/sensibilisation approfondi et de mise en œuvre de ce projet.
2. Objectif du projet
Objectif global
renforcement de la sécurité alimentaire
réduction de la pauvreté des populations de la province du SOUM
Objectifs spécifiques
•augmenter la production animale et ses dérivés
•augmenter les revenus des éleveurs
3. Activités / composantes du projet
•Développement de la production,
•Aménagement et gestion des ressources naturelles,
•vulgarisation, animation et recherche-développement,
•Restructuration et renforcement des OPA,
•Appui à la commercialisation et à l'approvisionnement des intrants,
•Crédits aux producteurs,
•Gestion du projet.
4. Synthèse de réalisations attendues du projet
COMPOSANTES REALISATIONS ATTENDUS
Composante A : Développement de la production
1. Distribution de 75.000 doses de semences de Zébus importés du Brésil (Gyr et Girolando)
2. Distribution de 40 géniteur bovins ;
3. Distribution de 840 chèvres de races améliorées
 
Composante B : Aménagement et gestion des ressources naturelles
1. Reboisement de 2500 ha d'essences forestières locales ;
2. Aménagement de 4500 ha de sites anti-érosifs ;
3. Surcreusement de 6 mares à but multiples ;
4. Construction de 40 puits pastoraux, de 30 forages solaires, de 6 boulis ;
5. Aménagement de 3000 ha de pâturages naturels ;
6. Réhabilitation de 200 km de pistes à bétail ;
7. Récupérations de 3500 ha de terres dégradées
8. Réalisation d'actions prophylactiques de santé publique et mesure spécifiques de santé pour les femmes et les enfants ;
9. Contrôle et suivi de impacts environnementaux.
Composante C  : Vulgarisation, Animation et Recherche-développement
1. Mise en place d'une équipe pluridisciplinaires pour la démarche participative dont 18 Animateurs et Animatrices départementaux ;
2. Mise en place d'un réseau d'encadrement /vulgarisation composé de :
9 conseillers en élevage, chefs de zones.
9 vétérinaires, chefs de postes vétérinaires.
6 conseillers agricoles.
 
Composante D : Restructuration et renforcement des OPA
  1. Restructuration des 400 groupements et de 9 Unions départementales ;
  2. Création de comités de base villageois et inter-villageois ;
  3. Distribution de 1,16 millions d'UC de crédit d'appui aux activités génératrices de revenues.
Composante E : Appui à la commercialisation et l'approvisionnement des intrants
 
  1. Réalisation de 35 km de piste Nassoumbou-Djibo ;
  2. Aménagement de marché à bétail de Djibo par la construction d'un parc de nuit de 10 ha et d'une aire de pâturage de 100 ha,
  3. La construction d'une laiterie privée d'une capacité de 1 000 litres,
  4. La mise en place d'une radio rurale
Composante F 7 : Crédit aux producteurs
  1. Financement des activités génératrices de revenus ;
  2. Construction de 3300 parcs de nuits ;
  3. Distribution de doses de semences, des géniteurs bovins et caprins, des semences fourragères et vivrières et des essences forestières ;
  4. Octroi de fonds de roulement pour l'approvisionnement intrants.

 5. Zone d'intervention du projet et population cible

Le projet couvre les 9 départements de la province du SOUM totalisant une population bénéficiaire de 254 000 habitants (recensement 1996) à savoir : Arbinda, Baraboulé, Diguel, Djibo, Kélbo, Koutougou, Nassoumbou, Pobé-Mengao, Tongomayel.
6. Exécution du projet
La maîtrise d'ouvrage incombe au Ministère des Ressources Animales.
La maîtrise d'œuvre du projet est confiée à une cellule Autonome de Gestion composée d'une équipe pluridisciplinaire dont :
•Un Ingénieur d'Elevage, Coordinnateur de l'Equipe,
•Un Zootechnicien-Pastoraliste,
•Un Médecin-Vétérinaire,
•Un Agro-économiste,
•Une Sociologue,
•Un Ingénieur de Génie Rural,
•Un Expert en Communication,
•Un Expert Financier,
•Un Contrôleur de Gestion 
Cette équipe est appuyée de 8 agents dont :
•une Comptable,
•une Secrétaire de Direction,
•un Agent de liaison,
•deux chauffeurs,
•deux gardiens,
•un manœuvre.
L'exécution des différentes composantes sur le terrain (notamment les composantes A à F) est confiée à des structures spécialisées à travers un protocole d'accord. Il s'agit notamment de :
•la Direction Provinciale de Ressources Animales du Soum (DPRA/Soum) pour le volet vulgarisation /encadrement agricoles ;
•la Direction Provinciale de l'Agriculture du Soum (DPRA/Soum) pour la vulgarisation/encadrement agricoles ;
•L'INERA/CNEIRIA pour a rechercher orientée vers des domaines intéressant le projet et déterminés par les producteurs ;
•l'IFDC-Afrique & BUNASOLS pour l'amélioration de la fertilité des sols ;
•le BUNASOLS/GCP pour le contrôle et le suivi de la Santé Animale ;
•le CONAGESE pour le contrôle et le suivi-envrironnementaux ;
•AMTA/CFA-Kamboinsé pour la formation en gestion des agents ;
•les ONG/Bureaux-d'études pour l'approche participative, l'appui-conseil et la formation ;
•La DEP du Ministère des Ressources Animales pour le suivi-évaluation externe ;
•les entreprises privées pour la fourniture des biens et services
•La mise en œuvre des actions du projet releva des OPA et des comités de base avec l'appui d'une équipe pluridisciplinaire et d'un dispositif d'appui conseil adéquat.
L'approche participative est renforcée à travers entres autres des cadres de concertations au sein des comités ci-après :
•le Comité régional de Concertation (CRC) qui sera chargé de la coordination, le suivi et l'orientation des actions du projet au niveau national ;
•le comité technique du projet (CTP) qui sera chargé de la coordination des activités du projet sur le terrain ;
•le comité scientifique qui sera de valider les résultats de la recherche avant leur restitution aux populations ;
•le comité de gestion du Fonds de Garantie qui sera mis en place par le projet.
7. Coût du projet
Le coût du projet est estimé 11,83 millions d'unités de compte (soit l'équivalent de 10,094 milliards de FCFA).
8. Sources et modes de financement
Le financement du projet est assuré conjointement par :
•le FAD sous forme de prêt d'un montant de 9,99 millions d'UC soit 8,52 milliards de FCFA remboursable sur 50 ans y compris 10 années de différé d'amortissement.
•Le Burkina Faso sous forme de contre-partie d'un montant de 1,84 millions d'UC soit 1,57 milliards de FCFA
•Date d'approbation du projet : 28 Mars 2000
•Date de signature de l'accord du pret : 28 Août 2000
•Date de demarrage prévue et durée : Sept. 2000 pour une durée de 6 ans
•Date de demarrage effectif : Avril 2001
•Localisation du projet
Le Projet de Développement de l'Elevage dans la Province du Soum phase II (PDES-II) est localisé à Djibo dans les anciens locaux du PDES-I.
 
 
5) Réhabilitation de l'abattoir frigorifique de Ouagadougou      
 
Réhabilitation de l'abattoir frigorifique de Ouagadougou
 
Date de démarrage : Août 2000
 
Tutelle : Ministère des Ressources Animales.
 
Coût : 2,580 milliard de F CFFA de la République de Chine
 
Objectifs spécifiques :
 
réhabiliter complètement toutes les infrastructures et les équipements de traitement des viandes :
mettre aux normes internationales l'Abattoir de Ouagadougou.
Résultats attendus
 
accroissement des capacités d'abattage et de conservation de l'abattoir ;
régularité de l'approvisionnement des marchés intérieurs et extérieurs ;
création d'un centre de transformation et de valorisation de la viande
Résultats atteints de mars 2000 à mars 2002 :
 
exécution des volets Equipement (phase I) et génie civil (phase I) ;
791 683 800 FCFA ont été investis.
Contraintes :
 
retard dans l'exécution des travaux du génie civil ;
longues procédures de demandes de transfert de fonds.
Perspectives de juin 2002 à juin 2004
 
Prévision financière de 1 046 700 000 FCFA (phase II) ;
Poursuite de l'exécution des travaux ;
Formation d'un vétérinaire (chef du projet) en Europe pour 5 à 6 mois pour 15 millions de FCFA des travaux de réhabilitation.