Situation grippe aviaire (BF- juillet 2015)

Situation Foyers IAHP au 30062015

PLAN DE COMMUNICATION DE LA GRIPPE AVIAIRE

  1. I.CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Au Burkina Faso, la volaille constitue le cheptel le plus important avec un effectif estimé à un peu plus de 42 millions de têtes en 2015 (MRA, 2015). Au regard de l’importance de ce cheptel, il est impérieux de communiquer opportunément et à bon escient face à la réapparition de l’influenza aviaire hautement pathogène. En effet, les médias sont actuellement focalisés sur la sortie de crise, les réformes politiques et sur l’avenir de la filière. Aussi, convient-il d’adapter les activités médias à cette nouvelle donne. C’est dans ce cadre que le présent plan de communication est élaboré.

II.Objectifs

Objectif global

L’objectif global du présent plan est d’informer et de sensibiliser toutes les parties prenantes en vue de faciliter la lutte contre l’influenza aviaire hautement pathogène et de prévenir sa réapparition.

Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques de ce plan sont :

  • informer sur la réalité de la présence de l’influenza aviaire au Burkina Faso;
  • favoriser une prise de conscience de l’intérêt, de l’importance et de la nécessité de lutter contre l’influenza aviaire ;
  • sensibiliser sur les mesures et précautions à observer en vue d’éviter la propagation du virus et la contamination humaine;
  • maintenir une communication de veille post crise ;
  • informer sur l’état de mise en œuvre des mesures de riposte ainsi que sur les perspectives de relance de la filière avicole.
  1. III.Résultats attendus

Les résultats attendus sont :

  • la présence de l’influenza aviaire au Burkina Faso est connue de tous;
  • l’intérêt, l’importance et la nécessité de lutter contre l’influenza aviaire sont avérés;
  • les mesures et précautions en vue d’éviter la propagation du virus et la contamination humaine sont observées;
  • une communication de veille post crise est maintenue ;
  • l’information sur l’état de mise en œuvre des mesures de riposte est disponible ;
  • les perspectives de relance de la filière avicole sont diffusées.
  1. IV.Stratégie d’intervention

La stratégie d’intervention du présent plan sera basée sur l’existant communicationnel de 2006, mais également sur la création de nouveaux outils et supports en phase avec la situation actuelle.

Les axes d’intervention prévus sont :

-      amener le grand public à connaître la maladie et à s'approprier les mesures de précaution à observer ;

-      impliquer les décideurs et acteurs nationaux et locaux dans la diffusion de l'information sur l’influenza aviaire hautement pathogène et les inciter au rapportage ;

-      développer une communication de veille pour favoriser l’adoption de bonnes pratiques

  1. V.Activités

Selon les axes, les activités suivantes seront menées :

  1. 5.1.amener le grand public à connaître la maladie et à s'approprier les mesures de précaution à observer

-      réaliser/actualiser et diffuser des produits de presse ;

-      concevoir, mettre en ligne et gérer les contenus sur les sites Web du MRA et des institutions partenaires ;

-      publier un bulletin électronique ;

-         mettre en place un système d'envoi de sms de sensibilisation groupés à un ensemble de cibles définies (acteurs et producteurs, organisations de la société civile, enseignants, étudiants, etc.) ;

-         organiser des déjeuners de presse pour faire le point de manière périodique ;

-         produire et poser des affiches ;

-         réaliser et diffuser un film documentaire ;

-         produire tout autre support de communication pouvant promouvoir la lutte contre l’épizootie.

  1. 5.2.impliquer les décideurs et acteurs nationaux et locaux dans la diffusion de l'information sur l’influenza aviaire hautement pathogène et les inciter au rapportage

-         informer et sensibiliser la société civile à travers l’organisation de réunions ;

-         distribuer des dépliants, plaquettes sur l’influenza aviaire, lors des activités publiques des faîtières et autres organisations des acteurs ;

-         informer et sensibiliser les acteurs locaux de développement ;

-         insérer des communiqués dans les publications de ministères, d'institutions nationales et partenaires.

-         tenir des ateliers d'information et d’échanges impliquant toutes les parties : DR, DPRA, Gouverneurs, Journalistes etc.

  1. 5.3.développer une communication de veille pour favoriser l’adoption de bonnes pratiques

Au-delà de la Communication de crise, le plan prévoit la mise en œuvre d’une communication de veille qui sera déclinée en diverses activités d’information, de sensibilisation et de formation à l’échelle du territoire national :

-         former les professionnels de la presse et les acteurs de la filière ;

-         susciter la création d’un réseau de journalistes spécialisés sur les questions d’élevage ;

-         accompagner le système de veille contre les mauvaises pratiques de biosécurité dans les fermes avicoles et l’utilisation des médicaments vétérinaires illicites ;

  1. VI.Canaux et supports

Les canaux et supports de communication seront choisis dans l'existant communicationnel identifié par la recherche participative et dans les stratégies ou campagnes de communication mises en œuvre par les acteurs du développement au Burkina Faso. Les choix seront fondés sur une articulation qui prend en compte les critères d'impact et la capacité de diffusion de rapport qualité-prix.

A priori, au regard de ces critères, les canaux et supports suivants seront sollicités ou mis à contribution :

-      les radios nationales et rurales ainsi que les radios de proximité ou locales, commerciales ou communautaires ;

-      les télévisions nationales et privées ;

-      le réseau d'affichage urbain ;

-      le réseau interurbain et les lieux publics et privés de travail:

-      les TIC (site web, e-mail, sms) ;

-      la presse publique et privée ;

-      les canaux et outils des ONG, des organisations faitières paysannes et des confédérations et autres réseaux ;

-      les dispositifs institutionnels ;

-      les crieurs publics et les griots ;

-      les noyaux relais d’information au niveau des communautés-cibles ;

-      les sketches de mobilisation ;

-      les causeries-débats ;

-      les théâtres-forums.

  1. VII.Budget

Le budget global pour la mise en œuvre du présent plan de communication s’enlève à la somme de deux cent quarante-vingt-un millions neuf cent mille (281 900 000) F.CFA.

DCPM/MRA